dimanche 1 novembre 2009

Méditer sur la beauté du monde avec François Cheng


Eglise orthodoxe dressée à l'entrée de la ville de Katapola sur l'île d'Amorgos en Grèce. photo M.S.

"L'univers n'est pas obligé d'être beau, mais il est beau... ", se questionne François Cheng dans Cinq méditations sur la beauté paru en avril 2006 chez Albin Michel. Sa délicate écriture touche l'esprit du lecteur avec la légèreté du pétale d'une fleur précieuse. Les mots de François Cheng sont sensations tactiles.


Il y a quelques temps avec une amie, nous étions allées écouter au Temps du corps à Paris, une conférence consacrée à la poésie de François Cheng, un auteur chinois expatrié très jeune en France et qui à travers la poésie, a relié deux mondes, si bien que les Académiciens l'ont invité à les rejoindre dans le cénacle des Grands lettrés.
Le conférencier a commencé son exposé en déclarant avec gourmandise : "si par bonheur vous tombez sur un ouvrage de François Cheng où que ce soit... achetez le sans vous poser de questions, c'est pur régal". J'ai trouvé le conseil fort juste, me l'applique comme une évidence et le partage sans retenue.

2 commentaires:

José a dit…

Ok, je suis le conseil, j'ai commandé deux oeuvres de François Cheng dont le titre me parlait: "cinq méditations sur la beauté" et "le livre du vide médian".

Marise Sargis a dit…

... cela me fait très plaisir...
et je ne connais pas le livre du vide médian, j'y cours aussi.
bonne lecture.